Le droit est une matière extrêmement large et peut recouvrir des domaines aussi différents que la fiscalité des entreprises ou la défense pénale d’un particulier devant un tribunal.
Devant cette réalité, les avocats peuvent être plus ou moins spécialisés. Il existe ainsi trois niveaux de spécialisation : l’avocat généraliste, l’avocat ayant une activité dominante, l’avocat spécialisé.

 

La pratique généraliste

De nombreux avocats exercent une activité généraliste et peuvent pratiquer indifféremment toute matière juridique.


L’activité dominante

D’autres avocats, du fait de leur cursus universitaire ou de leurs pratiques quotidiennes n’exercent que dans un domaine bien précis du droit. Ils peuvent ainsi mieux appréhender la complexité et la technicité de certaines activités juridiques. On parle alors d’activité dominante.


 
La spécialisation

Les avocats passent un examen pour faire reconnaître leurs compétences dans une ou plusieurs disciplines juridiques sous la forme de mentions de spécialisations.

  • L’utilisation d’une mention de spécialisation est conditionnée à l’obtention d’un certificat de spécialisation dans les conditions prévues par les articles 86 à 92 du Décret n°91-1197 du 27 novembre 1991 organisant la profession d'avocat.
  • La liste des mentions de spécialisation est définie par arrêté.